Maurice_Vincent_Gerry_website_homepage
Par personne atteinte de SLA

« La vie est belle »

Maurice Leclerc se considère « chanceux ». L’homme de 84 ans a cinq enfants, quatre petits-enfants et de nombreux amis proches. Il a été marié pendant 25 ans avec la « personne la plus charmante » qu’il ait connue. Il aimait tellement son travail qu’il n’a pris sa retraite qu’à 77 ans.

Un an après sa retraite, Maurice a été diagnostiqué avec la sclérose latérale amyotrophique. La maladie fatale l’a dépouillé de sa mobilité. Pour se déplacer et maintenir son équilibre, il s’appuie aux barres de soutien et aux murs. Son fauteuil brise son emprisonnement en lui permettant de visiter sa famille et ses amis.

La maladie le ralentit, mais est loin de l’arrêter.

Maurice est un régulier des cafés-rencontre de la Société où des professionnels de la santé offrent de l’information et des conseils pratiques, et où des personnes atteintes parlent de leur combat. Il prend la parole à des événements de la Société six à huit fois par année. Il décrit sa bataille contre la maladie aux donateurs et aux personnes nouvellement diagnostiquées.

Le cadeau du sommeil

Maurice a du mal à dormir. Comme plusieurs vivant avec la SLA, il souffre d’énormes douleurs causées par des crampes musculaires dans ses jambes et ses bras. Les nuits où la douleur est insupportable, Maurice se rend à son fauteuil berçant inclinable qui lui procure du soulagement et une ou deux heures de repos de plus. La Société a permis à Maurice de se procurer son fauteuil grâce à son programme d’aide technique, qui aide les membres à se procurer de l’équipement améliorant leurs conditions de vie, mais qui n’est pas fourni par le système de soins de santé provincial.

« J’apprécie énormément la Société et ses employés. Lorsque j’appelle, ils écoutent. Ils m’aident à prendre des décisions. C’est une sorte de thérapie », dit-il. « On ne m’a jamais dit “Désolés, nous ne pouvons rien faire.” Même quand mon problème est complexe, ils trouvent une réponse ou me proposent une solution. »

Malgré tout, Maurice dit « la vie est belle. Je suis assez chanceux de mener mon combat depuis six ans. Dieu m’aide. Et avec le soutien de la Société de la SLA du Québec, je suis en train de gagner. »