Chantal Lanthier

Bonjour à tous, nouveaux et anciens cyclistes. Cette année, encore pour certains, vous avez décidé de roulez pour la SLA.

Je vous ai bien vu; vous êtes prêts: monture scintillante, pneus bien gonflés, mollets bien musclés, foufounnes bien padées et imperméables bien boutonnés. Vous êtes prêts à affronter, avec courage (ou inconscience) les pentes des nos belles Laurentides. Tels de vaillants chevaliers, par monts et par vaux, vous bravez les intempéries avec dans le cœur cette détermination de venir en aide. Vous filez, droit devant, avec la conviction profonde de faire la différence et vous la faites. Vous être gonflés à bloc, portés par cette générosité et ce sentiment d’accomplissement et de paix intérieure.

Pour certains, on peut même entendre vos pensées: « Ah non ! Pas encore une côte. C’est pas grave, je suis capable ! Après tout, les personnes atteintes ont à affronter beaucoup plus que ça quotidiennement. Je suis capable ! »

On dit des personnes qui ont la SLA qu’elles sont inspirantes. Moi je dis que vous l’êtes tout autant! Nous avons effectivement beaucoup plus en commun que vous ne le pensez. Les cyclistes, tout comme les personnes atteintes, doivent fournir de gros efforts et beaucoup détermination pour atteindre leur but. Ils veulent se surpasser. Ils affrontent les vents de face et doivent composer avec les hauts et les bas que la route leur réserve. Si une chute survient, ils se relèvent, enfourchent leur bécane et poursuivent leur parcours. Ils prennent le temps de respirer la nature. Ils écoutent le chant des oiseaux et respirent l’odeur des coquelicots. Les cyclistes, tout comme nous, prennent le temps de vivre et apprécient ce qui les entoure dans tous les petits bonheurs que la vie met sur leur chemin.

Pour ma part, c’est la première fois que j’assiste à un Roulez SLA et je vous affirme que je suis fortement impressionnée par la solidarité qui vous unit. C’est vraiment  impressionnant de vous voir vous dépasser ainsi.

Roulez pour la SLA 2014

Vivre avec la SLA, comme plusieurs d’entre vous le savez déjà, c’est un combat quotidien. Un combat contre les limitations physiques qui s’installent, mais aussi contre les peurs qui nous habitent. Vivre avec la SLA, c’est affronter les intempéries et les surprises que nous réserve notre propre route. Nous connaissons la destination, mais nous ne savons pas quand nous y arriverons. Chemin faisant, nous tentons de profiter des petits et grands bonheurs qui jalonnent notre parcours, nous attardant ici et là en fonction de nos capacités et de notre ouverture à la vie.

Il paraît que c’est lors d’épreuves que l’humain se révèle vraiment. Et bien moi, j’affronte la plus grande épreuve de ma vie. Je traverse une épreuve à laquelle je me mesure, qui va aussi m’obliger à faire appel à toutes mes forces cachées. Une telle maladie, c’est l’épreuve de soi mais jusqu’au bout, c’est la vie, c’est toujours la vie.

Ce que permet cette maladie, c’est d’être dans la vérité et l’essentiel. Elle m’a permis un enchaînement de rencontres et d’amitiés dont vous faites partie. Votre contribution à ce week-end et par le fait même les dons amassés permettront à la fois de nourrir notre espoir de traitement, mais également de faire cette différence, si indispensable, au niveau de notre qualité de vie au quotidien.   En participant à ce bel événement, chacun de vous devenez des ambassadeurs, sensibilisant votre entourage à l’importance de donner à la Société SLA du Québec. Au nom de toutes les personnes atteintes, je vous dis MERCI.

Je termine en vous citant l’écrivain irlandais George Bernard Shaw: Certaines personnes voient la réalité et se disent pourquoi ? Moi je rêve à l’impossible et je me dis pourquoi pas?

Bonne soirée à tous.

Chantal Lanthier