Rayonnement régional

En 2015, l’une des priorités de la Société était de rejoindre ses membres partout en province et de diversifier ses activités tenues à l’extérieur de la région métropolitaine. Ainsi, au cours de l’année, l’équipe de la Société a parcouru treize régions administratives, organisé davantage de groupes de soutien à l’extérieur de Montréal et tenu treize rencontres téléphoniques.

Nouveau groupe de soutien en Montérégie

Lorsqu’Alexandra Sofio, intervenante psychosociale, a lancé son projet de maîtrise au début de 2015, elle ne s’attendait pas à instaurer un groupe de soutien régulier pour les résidents de la Rive-Sud de Montréal. « De janvier à avril, j’ai rencontré un petit groupe d’aidants afin d’en apprendre plus sur ce qu’ils vivent. À la fin du projet, il était évident qu’un réel besoin existait pour ce type de soutien sur une base permanente. » Aujourd’hui, le groupe se compose de proches aidants et de personnes atteintes de la SLA. « Les participants forment deux groupes : les aidants et les personnes atteintes. Il est important que les aidants aient leur propre espace afin de se concentrer sur leurs besoins et exprimer sans retenue leurs sentiments, explique-t-elle. Ces rencontres les aident à voir qu’ils ne sont pas seuls. Ils cherchent ensemble des solutions à leurs problèmes et éveillent un nouveau sentiment d’espoir. »

 « Un immense merci à vous tous. C’est un véritable plaisir de vous voir aux rencontres. Nous y faisons le plein d’énergie avant de rentrer chez nous. Vous êtes un soutien précieux. » Un membre du groupe

Activités de sensibilisation ou de soutien dans 13 régions administratives

Beaconsfield, Boucherville, Bromont, Brossard, Chambly, Charlevoix, Contrecœur, Drummondville, Gatineau, Laval, Lennoxville, Longueuil, Lorraine, Montréal, Outaouais, Pointe-aux-Outardes, Pointe-Claire, Québec, Rivière-du-Loup, Saint-Hyacinthe, Saint-Jean-sur-Richelieu, Saint- Jérôme, Saint-Lambert, Saint-Nicolas, Sherbrooke, Saguenay Lac-Saint-Jean, Sorel, Varennes, Verchères.

Présente pour ses membres jusqu’à Québec

La Société a aussi étendu ses services dans la Ville de Québec avec l’aide d’animatrices et de bénévoles dévoués de la région. En effet, douze rencontres de soutien ainsi qu’un atelier pour les proches aidants ont eu lieu. « Bénéficier d’un tel soutien est nécessaire afin d’accompagner chaque personne touchée. C’est un besoin essentiel quand on traverse les étapes de cette maladie », confie une participante. Merci beaucoup aux animatrices et bénévoles pour leur collaboration : Line Beauregard, Claudette Brizard, Odette Bussières, Josiane Falardeau, Diane Ferland et Odette Lacroix.

Contribuer à la croissance d’un groupe de soutien

Yves Lafleur travaille en tant qu’intervenant psychosocial à la Société depuis 2009 et dirige un groupe de soutien à Lorraine, au nord de Montréal. « Tout le monde tire profit de ces contacts sociaux, affirme Yves. Nos membres ont toujours beaucoup à partager. Le groupe, fondé par Chantal Lanthier, atteinte de la SLA depuis 2013, se développe à un rythme soutenu. Les nouvelles personnes qui se joignent à nous bénéficient grandement de ce lien avec nos membres de longue date. »

Du soutien au bout du fil

La Société organise des conférences téléphoniques dont l’étendue géographique est grandissante. Cette année, 13 conférences ont permis à la Société d’être encore plus présente pour ses membres, soit des personnes atteintes, aidants et professionnels de la santé. Plusieurs experts ont prodigué des informations pertinentes sur divers aspects de la maladie, et ce, au bout du fil. Ces conférences diversifiées permettent de briser l’isolement des membres situés hors de la région de Montréal. En plus des conférences téléphoniques, plusieurs rencontres de soutien prennent également place au téléphone et donnent lieu à des jumelages entre les membres. Ces appels créent et entretiennent un contact entre les membres et la Société et un lien entre les membres. Selon monsieur Lafleur, « il s’agit d’une solution intéressante aux rencontres en personnes pour les membres éloignés et pour ceux dont l’autonomie de déplacement est limitée ».