Nathalie-Provost (1)

Cette semaine, ça a fait 4 ans que mon Michel nous a quittés, emporté par la SLA à l’âge de 49 ans, 2 ans à peine après son diagnostic. Quatre ans à encaisser le choc, à apprivoiser son absence, à emménager une place pour nos souvenirs.

Mais à travers un malheur aussi grand, quelque chose de bon en est quand même sorti. Et c’estcette amitié inébranlable, salutaire même, qui est devenue très précieuse pour moi…

Quand nous avons rencontré Marc et Élyse, un autre couple de Sainte-Julie vivant avec la SLA, ça a cliqué tout de suite. Nos enfants avaient à peu près le même âge, nous aussi. Et surtout, nous vivions les mêmes épreuves.

De fil en aiguille, à force de rencontrer d’autres familles lors des activités organisées par la Société de la SLA du Québec, notre groupe s’est agrandi. Bientôt, on se faisait des sorties, des barbecues, des déjeuners, des soupers.

Chaque fois, nul besoin de parler pour se comprendre. Ça faisait donc du bien de rire ensemble. De s’épauler, de se donner des conseils. De pleurer aussi, parfois…

Michel est parti le premier. Puis Robert l’a suivi, puis Stéphane, Patrick, Marc, Bruno.

Mais avec les filles, nous avons continué à nous voir. Et aujourd’hui, nous sommes quelques-unes à nous impliquer dans différentes activités de la Société, que ce soit les cafés-rencontres, les marches ou les événements de collecte de fonds. Mon amie Élyse est même membre du CA depuis peu.

Je suis choyée de les avoir rencontrées, et je souhaite à toutes les personnes atteintes et à leurs proches de telles rencontres.

C’est grâce à la Société de la SLA du Québec et aux dons de personnes comme vous que tous ces liens sont possibles, et que nous formons une communauté pleine d’humour, d’empathie et de solidarité, malgré la maladie.

Il y a 4 ans, mon Michel s’en allait. Mais cette belle histoire d’amitié m’aide à garder son souvenir bien vivant.

Briser la glace, c’est aussi créer des occasions de rencontres!

Grâce à vos don, uniques et mensuels, la Société de la SLA du Québec peut organiser des activités sociales essentielles pour apporter du soutien psychologique aux personnes atteintes et à leur famille, et lutter contre l’isolement, tout au long de la maladie et suite au décès du proche. Une bouffée d’air frais qui permet de s’entraider dans différents contextes:

  • Groupes d’échange et de soutien
  • Activités et sorties adaptées
  • Ateliers thématiques
  • Service de jumelage entre familles
  • Rencontres régionales
  • Dîners-causerie
  • Soirées de partage pour les endeuillés